Crédits Photo: unsplash / Anthony Tran

Les staycations; avantageuses pour les annonceurs locaux

L’expression staycation (la jonction de « stay » et « vacation ») serait apparue en 2003, dans un article rédigé aux États-Unis pour décrire la tendance à planifier des vacances locales. La plupart des observateurs s’entendent pour dire que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont eu un impact sur les habitudes de voyage. Paul Arseneault, titulaire de la Chaire en tourisme Transat à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) souligne que, dans les mois qui ont suivi, « les Américains n’ont plus voulu sortir des États-Unis, n’ont plus voulu sortir de la maison. » Rester à la maison, était un geste autant patriotique que sécuritaire. Il est intéressant de noter que le même phénomène est observable présentement en Grande-Bretagne, suite au Brexit. Non seulement les recherches d’options vacances à l’intérieur du pays sont à la hausse mais les réservations aussi.

La bonne nouvelle pour les annonceurs dans tout cela? La catégorie « vacances » s’applique maintenant à un plus grand nombre d’entre eux.

De nos jours, ce n’est pas nécessairement mal vu d’opter pour des vacances chez soi, à faire ce qu’on veut, quand on veut, au rythme où on le veut. Il s’agit un peu d’une version prolongée du me time, du coccooning et du Hygge, i.e. une façon de s’offrir du temps de qualité en étant entouré des siens, dans le confort de sa demeure. Avez-vous vu l’immense sélection de meubles de jardins chez Canadian Tire, récemment? Ou la section toujours bien garnie de chandelles chez HomeSense? Tant qu’à choisir de rester à la maison, aussi bien investir un peu plus dans le confort (et cela, peu importe la pièce de la maison). Certains vont même jusqu’à créer des catalogues de looks parfait pour les staycations (allo American Eagle, Anthropologie et Song of style).

Évidemment, les staycations ne sont pas toujours un choix qui résulte d’une introspection zen; les conflits d’horaires, les restrictions budgétaires et  le nombre limité de journées de congé peuvent facilement être des facteurs d’influence. Cela ne veut pas dire que les gens ne dépensent pas pour autant; les voyages à quelques heures de route de la maison et les escapades de week-end (allo les Serial Week-enders) sont des options très populaires. Il s’agit d’une occasion de plus pour une variété d’annonceurs de publiciser le côté abordable des activités à proximité de la résidence primaire. Une visite au spa en pleine semaine? Une tournée des vignobles bio? Une excursion camping de 3 jours? Un cour de cuisine en plein air? Pourquoi pas.

Enfin, la beauté des staycations réside également dans l’absence complète de pression. Exit la pression pour le booking. Exit la pression d’effectuer de nombreux transits. Exit la pression de voir au moins une dizaine de lieux historiques incontournables. Et surtout, exit la pression de prendre LA meilleure photo au monde. Être touriste dans sa propre ville, c’est choisir de faire les choses qui restent souvent sur notre liste de choses « à faire ». Et cet état d’esprit est parfait pour être réceptif aux suggestions des annonceurs locaux.